Resident Evil 2 (2019) : le test

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Depuis son lancement en 1996 sur PlayStation, la série Biohazard a connu de nombreuses suites et adaptations cinématographiques. On a tous en tête l’actrice Milla Jovovich comme héroïne principale. La Umbrella Corporation – et surtout Capcom – n’ont pas vraiment de souci à se faire. Sinon, le premier véritable remake de la saga, c’est Resident Evil Rebirth. Le jeu sort sur la GameCube de Nintendo. Il se présente sous la forme d’une refonte graphique totale de l’épisode du manoir Spencer.

Pour développer Resident Evil Rebirth, la firme nippone n’est pas restée sur ses acquis. L’ambiance et les décors étaient toujours du pré-calculé. Toutefois, ils ont été repensés de manière à rendre l’expérience plus oppressante et immersive qu’auparavant. C’est ce travail de refonte qui a fait de Rebirth un des opus les plus aboutis de la saga. Ici, on retrouve Claire et Leon dans un univers qui utilise la même recette.

Resident Evil 2 (2019)

Resident Evil 2 (2019) Remake et Reboot

Ce nouveau Resident Evil 2 est annoncé dès 2015. S’en suit un long silence radio de trois ans avant que le jeu ne fasse reparler de lui. Aujourd’hui, il tend à se propager tel un virus T sur nos consoles. N’oublions pas que pour beaucoup de gamers et de fans de survival-horror, l’épisode du commissariat était celui de l’extérieur. Toujours aussi anxiogène mais loin du manoir Spencer. A l’époque, les deux CD fournis permettaient d’incarner deux personnages distincts. Leon Kennedy et Claire Redfield suivent chacun leur propre quête, même si leurs chemins se croisent à plusieurs reprises.

Les nouvelles qualités techniques, associées à la nostalgie, ont-elles permis de faire un bon remake ?

Clairement, la réponse est oui. Même s’il y a quelques petits bémols. A l’image de Rebirth, ce nouveau Resident Evil 2 présente les qualités bénéfiques à tout bon remake/reboot. Explications…

D’emblée, Capcom a pris soins de ses joueurs. Resident Evil 2 (2019) n’est pas une simple remasterisation HD du jeu sorti en 1998. Vous n’aurez pas l’impression de jouer au même jeu, en plus beau, avec la possibilité de faire quelques mouvements supplémentaires. Ici aussi, le jeu est retravaillé de zéro. Capcom nous a fait le plaisir d’utiliser son moteur RE Engine incorporé lors de la création de Resident Evil 7.

RE Engine, et une expérience plus immersive et détaillée

Resident Evil 2 (2019)

Le travail de la direction artistique (Satoshi Takamatsu et Gez Fry) est aux petits oignons. Bien évidemment, les angles de caméra fixes ainsi que les décors pré-calculés ont disparu. On retrouve la vue à la troisième personne initié dans RE4. RE Engine fait particulièrement bien son travail. On arpente un commissariat et ses abords dans une ambiance bien tamisée et lugubre. Chaque pièce visitée est extrêmement bien détaillée. L’éclairage instaure encore davantage de tension. Lorsque vous orientez votre lampe torche d’une direction à l’autre, le faisceau peut laisser entrevoir un zombie chevrotant guidé par sa faim.

Là encore, les revenants sont très bien modélisés et leur intelligence artificielle a été retravaillée. Comme dans tout bon Resident Evil, il a deux façons d’achever leur errance entre deux mondes. Soit leur tirer une balle dans la tête, soit leur tirer dans les jambes pour les ralentir. Et si vous êtes touché, RE Engine propose une localisation des dégâts particulièrement précise.

Malgré tout, le moteur n’est pas parfait. On peut lui reprocher un effet huileux relativement visible dans la gestion des fluides, tels que les gouttes d’eau. Et disons-le, les expressions faciales manquent parfois de réalisme.

En ce qui concerne le gameplay, ce reboot nous propose une autre vision de Raccoon City. Elle y est plus proche de la mégalopole de Paul W.S Anderson que de la petite bourgade du jeu sorti avant les années 2000. Sur la partie technique, Capcom réussit son pari. Concernant l’expérience de jeu, par contre, certains joueurs pourront être déçus. On remarque bien une volonté de moderniser le gameplay. C’est vrai qu’il y a un nouveau level design et plusieurs ajouts graphiques et sonores.

Une aventure bis répétita

Techniquement, Capcom réussit son pari. Toutefois, en ce qui concerne l’expérience de jeu, certains gamers pourront être déçus. Capcom a bien tenté de moderniser le gameplay, mais au bout du compte, le jeu conserve sa structure initiale. Pour avancer, il faudra faire de nombreuses allées et venues dans les mêmes pièces. C’est seulement après cela qu’on pourra débloquer un mécanisme donnant accès à la suite du scénario. Cela pourra frustrer ceux qui sont habitués à dézinguer du zombie ou qui sont présents sur site (qui ont acheté le jeu) pour les mêmes raisons. En plus, ça serait une erreur tactique. Ici, nous ne sommes pas dans Doom, il faudra économiser ses munitions. Bien souvent, il faudra peser le pour et le contre entre la fuite et l’affrontement, comme dans le premier opus. Au niveau du gameplay, on pourrait conclure que le jeu s’inscrit dans la continuité de Resident Evil VII.

La spécificité de Resident Evil 2 était de proposer aux joueurs d’incarner deux personnages distincts suivant leur propre scénario. Ici aussi, vous pourrez choisir entre l’un ou l’autre, Claire Redfield ou Leon Kennedy. Par contre, la progression des deux personnages diffère très peu. Bien (trop) souvent, vous visiterez les mêmes lieux et résolverez les mêmes énigmes. Ici, certains joueurs pourront être déçus.

Des scénario annexes pour prolonger l’aventure

Resident Evil 2 (2019)

Des scénarii bis seront disponibles après avoir fini le jeu avec l’un des deux protagonistes. Ils apportent de la perspective aux événements de Raccoon City. On perçoit la vision d’un autre personnage et l’impact de ses actions sur l’intrigue. L’idée est très bonne mais pas vraiment bien exploitée. Par exemple, on peut être amenés à résoudre une énigme qui avait été débloquée par Leon ou Claire auparavant et qui, comme si de rien n’était, vient d’être remise en place. Toutefois, ces scénarii sont plus difficiles. Ils permettent aux inconditionnels de la licence, aux nouveau joueurs, bref, à tout gamer de faire durer le plaisir.

Plus qu’un simple remake, Resident Evil 2 est une véritable renaissance pour un jeu qui a marqué le milieu des années 90. Capcom a tout retapé et nous propose un petit chef-d’œuvre d’ambiance et de tension. Cela le retour en grâce de la série depuis l’épisode 7. Grand frisson de la rentrée, le titre se savoure d’une traite, et ce malgré deux scénarios toujours trop similaires et une progression « à l’ancienne » qui pourrait refroidir les nouveaux venus.

Resident Evil 2 (2019) est disponible sur PS4, Xbox One et PC.

Laisser un commentaire

Vous aimerez aussi :

leo. felis ultricies Aenean commodo diam id dictum Sed dolor luctus porta.