L’histoire de Trunks ou un futur apocalyptique

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn


Mis en scène par Yoshihiro Ueda, Doragon Bōru Zetto: Zetsubō e no hankō !! Nokosareta chō senshi • Gohan to Torankusu est l’adaptation du manga d’Akira Toriyama The Trunks Story Alone Warrior. Cette histoire apparaît dans le Weekly Shōnen Jump 36-37 en août 1992. Le téléfilm sort en France le 24 février 1993 sous le nom L’Histoire de Trunks. Eh oui ! Parfois les VF ont du bon.

La plupart des films de la série se déroulent entre ou pendant deux arcs (ex : Dragon Ball Z Fusion, Le Combat fratricide). Bien souvent, le récit se déroule selon une trame presque répétitive. La Z Team vaque à ses occupations, puis apparaissent un ou plusieurs ennemis qui ont des griefs à régler avec Goku. Les Z Warriors combattent cette menace et prennent quelques mauvais coups, mais ils l’emportent toujours. Résumé : il y a de la baston, des ennemis qui peuvent être charismatiques. Piccolo et Vegeta font leurs apparitions au bon moment et la sauce prend. C’est ce qu’une fanbase très solide attend ! La preuve : visitez des pages Facebook dédiées, des chaînes YouTube ou encore des forums.

La plupart des échanges seront orientés sur la puissance en unités de chaque protagoniste de la série. Le scénario arrive souvent en seconde position. Tout comme Le Père de Sangoku, L’Histoire de Trunks s’ancre dans la narration et apporte des éléments de réponse sur l’intrigue principale. Il offre aussi aux téléspectateurs un futur alternatif où Sangoku, la légende Saiyan, n’est plus. Quoi qu’il advienne, les gentils ne gagnent plus. Et quand on connaît Dragon Ball, ça surprend.

Un monde sans Goku et le dragon sacré

Dès les premières minutes, on assiste à la mort naturelle (maladie cardiaque) de Sangoku. Cet événement n’est pas anodin. Goku n’en est pas à sa première mort (combat contre Radditz et du Cell Game). Mais cette disparition « naturelle » ramène le demi-dieu au statut d’homme.

Un téléfilm tragique qui s’éloigne du Nekketsu

La première fois qu’on parle de la maladie de coeur de Sangoku, c’est dans l’épisode 122 de Dragon Ball Z. Après s’être débarrassé du roi Cold et de Freezer, Trunks informe Goku de la future menace des Cyborg et du destin tragique qui l’attendent lui et ses amis. Seulement, la présence de Mirai Trunks et l’antidote qu’il amène à Goku crée une nouvelle timeline où l’histoire est différente de celle qu’il connaît. Treize années après leur leader, tous les combattants de la Z-Team sont décimés par les Androïdes C-17 et C-18 construits par le docteur Géro, à l’exception de Sangohan. On apprend que la mort de Petit Cœur a entraîné la disparition du Très-Haut et des boules de cristal. La mort prend tout son sens, parce que dans ce monde, personne ne pourra ressusciter.

Dans ce monde apocalyptique, il n’y aura pas de place pour les facilités. Ici, pas de Genkidema ou de Kamehameha final. Ce futur alternatif se déroule dans une timeline où tous craignent de croiser les regards vides, donc sans âme, des deux Cyborgs. Leurs regards ne sont pas sans rappeler le regard du Major Gosanaki, mais sans le Ghost. Les seuls rescapés de la Z-team, Kamé Sennin, sa tortue ainsi que Oolong et Plume, vivent à l’abri dans un sous-marin près de Kamé House. Ils redoutent la venue des Androïdes. Bulma est plus âgée. C’est toujours une inventrice de génie. Elle regrette son ami d’enfance Sangoku. S’il n’était pas mort, les choses auraient tourné autrement. Mirai Gohan est très différent de son homologue du présent. Symboliquement, il porte la tenue de Kakarot et non celle de Piccolo. Il reste le seul homme à se dresser contre les Androïdes, tout en étant le mentor de Trunks.

Trunks un messager porteur d’espoir

L’univers Dragon Ball se veut presque désenchanté, mais il y a un avantage : les personnages sont plus complexes. Les héros Saiyan sont beaucoup plus humains. Les nombreux stigmates et cicatrices que porte Gohan, jusqu’au bras qu’il perd, en attestent. Surtout, ils expriment des émotions différentes de l’inéluctable appel au combat Saiyan. Trunks rêve d’un père et d’une époque qu’il n’a jamais connus. Sangohan est un être tourmenté par la disparition de ses proches. A chacune de leurs rencontres avec leurs ennemis, on a peur pour leur vie. D’ailleurs, conscient que Trunks est un espoir contre la menace Cyborg, Sangohan se sacrifiera pour qu’il puisse vivre.

Trunks,Torankusu, Mirai Trunks, Mirai Gohan

Dans l’histoire de Trunks, on assiste à l’impuissance de Sangohan face aux Androides. Lorsque l’on regarde le téléfilm, on sent qu’il manque de l’espoir à cette histoire. On est tenté de se demander à quoi bon opposer résistance à de tels adversaires… Dans un monde qui ressemble au futur apocalyptique du jugement dernier (Terminator), Mirai Gohan forme Trunks jusqu’à y laisser sa vie. Bulma apporte une lueur d’espoir dans la noirceur de ce futur apocalyptique. Elle fait de son fils un Kyle Reese, qui retourne dans le passé prévenir les anciens amis de sa mère d’une future menace, pour ensuite les sauver. Vous pouvez découvrir ce téléfilm à part dans la filmographie Dragon Ball sur Amazon.

Laisser un commentaire

Vous aimerez aussi