Critique : Autodesk Maya 2018

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Quels sont les nouveautés et les améliorations de la suite 3D d’Autodesk depuis Maya 2017 ?

Autodesk Maya 2018 est disponible à plusieurs tarifs mensuels ou annuels sur le site Web de la société. Nous allons détailler les nouveautés et les améliorations de cette version pour cet article.

Lancé lors du SIGGRAPH 2016, Maya 2017 reçut un accueil plutôt mitigé. D’un point de vue purement technique, intégrer Arnold comme moteur de rendu était une très bonne idée puisqu’il est supérieur sur presque tous les niveaux à Mental Ray. Cela dit, abandonner le support du moteur de rendu historique, bien que dépassé, provoqua des interrogations chez les membres de la communauté Maya.

Même si la qualité des deux moteurs est presque similaire, Mental Ray souffre de longs temps de pré-calcul, notamment lorsque la Global Illumination (FG ou GI-Next) est activée. Les utilisateurs se tournaient donc vers des plugins externes tels que V-Ray. Afin d’améliorer et de simplifier le workflow, Autodesk a choisi d’intégrer Arnorld pour une expérience de rendu efficace.

Le plugin n’est plus intégré dans le programme d’installation d’Autodesk. Mais il est toujours possible de le télécharger pour l’utiliser.

Hormis l’intégration d’Arnold, Maya 2018 a divisé la communauté pour son manque de nouvelles fonctionnalités majeures. En plus d’une meilleure intégration des fonctionnalités apportées par la mise à jour Maya 2017 Update 3, voici ci-après les changements apportés à cette nouvelle version.

Maya 2018 outils

Les nouveautés de Maya 2018

  • La version 2018 apporte un ensemble d’outils réinventés pour une modélisation plus aisée.
  • Les fenêtres hérités disparaissent et laissent place au Viewport 2.0 qui devient le moteur d’affichage principal. Il est possible de réintégrer la fenêtre héritée, mais le nouveau moteur fait bien son job.
  • Le nouvel outil Circularize améliore les fonctions de symétrie, grâce à une riche sélection d’options de modélisation.
  • En complément du nouvel éditeur de temps (Time Editor) introduit l’année dernière, Maya 2018 apporte des améliorations pour la gestion du timecode avec six nouveaux framerates permettant l’utilisation de formats de capture standards sans conversion de temps. Le Time Editor intègre également une nouvelle fonctionnalité qui permet d’étendre continuellement l’animation loop progressive. Cette nouvelle option permet de créer rapidement des cycles de marche à partir d’un cycle d’animation qui ne dure que quelques étapes.
  • Comme cité précédemment, la suite 3D intègre le moteur de rendu de Solid Angle Arnold. Le nouveau moteur permet un meilleur échantillonnage et améliore la vitesse du rendu. Arnold 5 intègre de nouveaux shaders, tels que des shaders de surface standard, de cheveux standard et un shader de volume. Le système de configuration du rendu permet d’automatiser les tâches de configuration des rendus dans une seule fenêtre. Le nouveau moteur rebute encore des adeptes de Mental Ray, mais il offre une expérience de rendu rapide, puissante et simplifiée.
  • De nouveaux outils dédiés aux motion graphics, tels que l’importation et l’exportation de fichiers au format SVG ou encore de typos 3D. Et aussi l’ajout de dynamiques MASH (outil procédural pour la création d’animations évoluées) qui utilisent de nouveaux nœuds.
  • Il est possible d’afficher des scènes simultanément au sein d’after effects et Maya pour effectuer des changements en temps réel.

Vous pouvez retrouver l’intégralité des nouveautés sur la documentation officielle.

Laisser un commentaire

Vous aimerez aussi :

massa mattis mattis dolor tristique at diam