Cosplay : la championne de France éliminée, son personnage est assimilé à un blackface

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
eurocosplay, livinart, pike

Alice, alias Livanart, est écartée du concours de cosplay européen organisé par MCM Comic Con pour blackface

La candidate rouennaise vainqueure de la coupe de France de cosplay et représentante de la France au championnat d’Europe, a été évincée de la compétition. Elle n’a pas pu y participer. Organisé par le MCM Comic Con avec l’appui de plusieurs cosplayeurs, la compétition est inaugurée en 2010. Elle a pour but de valoriser le savoir-faire des passionnés. Lors de cette édition 2019, 25 participants européens monteront sur scène pour mettre en valeur leurs costumes. La plupart des costumes sont issus d’œuvres de science-fiction, de comics, de mangas. Ce sont parfois des personnages de la culture populaire. La jeune rouennaise a fabriqué un costume représentant Pyke l’Eventreur des abysses, du jeu League of Legends. Accusée de blackface, elle ne pourra pas participer à la compétition qui se tiendra le 26 octobre.

We hear and appreciate all of your concerns regarding the costume of one of our finalists. We would like to confirm that…

Publiée par EuroCosplay sur Mardi 8 octobre 2019

MCM Comic Con, l’organisateur de l’événement, annonce sa décision sur Facebook. Il parle de la candidate sans la nommer : « Nous entendons et apprécions vos préoccupations concernant le costume de l’une de nos finalistesNous aimerions confirmer que ce cosplay ne sera pas présenté à l’événement, et nous nous excusons pour ceux que nous avons pu offenser ». Cette communication n’est toutefois pas une exclusion définitive. La candidate pourra toujours participer au championnat et défendre les couleurs tricolores, à condition de changer de costume. Les organisateurs britanniques ont aussi communiqué sur le fait qu’ils revoyaient l’ensemble des termes et des conditions de participation. Ils souhaitent les rendre plus clairs pour éviter toute confusion future.

PYKE, UN DÉGUISEMENT À 3 000 EUROS

Malheureusement, pour Livanart, cette alternative fait office de disqualification. Pour entrer dans la peau de son personnage, la cosplayeuse a conçu une prothèse et un déguisement qui lui ont coûté plus de 3000€. Elle cherchait à être le plus fidèle à ce personnage à la carrure et aux stigmates imposants. La plupart des cosplayers considèrent leur passion comme un loisir. La somme de 2000€ qu’elle a gagnée lors du championnat de France le 22 septembre ne lui a toujours pas permis de couvrir ses frais. Surtout, elle ne comprend pas la décision d’EuroCosplay. Pour elle, il s’agit d’une injustice qui donne raison aux haters. Elle affirme que son costume représente certes un homme à la peau brune et à la carrure imposante, mais qu’il ne parodie et ne caricature en rien les traits des personnes à la couleur ébène.

SOUTENUE PAR UNE PARTIE DE LA COMMUNAUTÉ

La candidate règle ses comptes en affirmant que lors des éditions précédentes, jamais une telle règle n’a été appliquée. Mercredi JustJay, le candidat de la République tchèque, annonçait son désistement des championnats européens en soutien à la jeune Française. Sur Facebook, il accompagnait la publication annonçant sa décision d’un hashtag : #cosplayfreedom (« liberté de cosplay »).

FRENCH & ENGLISHÀ DIFFUSER *** ABSURDITÉS DANS LE MONDE DU COSPLAY ***En septembre dernier, nous avons élu notre…

Publiée par Fai Ry sur Mardi 8 octobre 2019

Ce n’est pas le seul à avoir pris position au sein de la communauté. Fay Ry, la présidente de la Coupe de France de Cosplay, a partagé son incompréhension sur cette décision. Elle a rappelé, à cette occasion, la définition même du cosplay : « Depuis quand être une jeune femme blanche devrait empêcher de cosplayer un personnage de jeux vidéo grand et noir ? N’est-ce justement pas ça le concept de cosplay ? Pouvoir incarner n’importe quel personnage, peu importe à quoi on ressemble ? ». Elle dénonçait le jeu malsain auquel s’était prêté EuroCosplay. Elle affirmait qu’elle organisait de nombreuses sélections et concours et qu’elle ne s’était jamais laissé influencer par les propos tenus sur les réseaux sociaux.

Avant que Livanart soit entraînée dans cette polémique, elle souhaitait que ses costumes encouragent les gens à se dépasser.

Laisser un commentaire

Vous aimerez aussi :

dolor nunc mi, ipsum Aenean dictum risus