Accueil Actualités Evangelion sera disponible sur Netflix : retour sur un anime culte

Evangelion sera disponible sur Netflix : retour sur un anime culte

Neon Genesis Evangelion est un anime de robots géants (mecha), post-apocalyptique de Hideaki Anno. La série sort en 1995 et l’intrigue se déroule en 2015. Comment l’histoire de trois adolescents gravement traumatisés et contraints de piloter des robots vivants a bousculé tous les codes de l’anime ? Revenons sur ce mythe et sur son influence sur l’animation japonaise.

C’est quoi l’histoire d’Evangelion ?

Dans un avenir proche (2015), la Terre est dévastée suite à un impact cosmique surnommé « le deuxième impact ». Cette catastrophe a provoqué la fonte de l’Antarctique et notre planète est inclinée de sorte à ce que ce soit toujours l’été. En résulte un bouleversement de l’écosystème ainsi que la disparition de la moitié de la population. L’anime débute lorsque Gendō Ikari recontacte son fils Shinji pour qu’il pilote une Eva. Il doit vaincre les anges, des créatures spatiales imperméables à toutes les armes contemporaines, apparues lors du « deuxième impact ».

On plonge en plein milieu d’un triangle relationnel entre trois héros. Shinji et Asuka ont perdu leurs mères de façon tragique, quant à Rei elle est un clone de Yui Ikari. Ils semblent conditionnés pour piloter les Evangelion. Leurs victoires et défaites contre les anges alimentent des angoisses et réflexions intimes sur le conditionnement des rapports humains.

Qui est l’auteur d’Evangelion, Hideaki Anno ?

Hideaki Anno est un écrivain et scénariste japonais né en 1960 à Ube dans la préfecture de Yamaguchi. C’est le fondateur principal parmi les six membres du studio Gainax. Il réussit en 1983 à former le premier studio d’animation japonaise dirigé par des otakus avec d’anciens collaborateurs de la série Daicon. Gainax est connu pour Nadia, le secret de l’eau bleue. C’est son ami de longue date, Hayao Miyazaki, qui avait impulsé la série avant de le laisser la poursuivre. Du studio Gainax, on connait également FLCL, Gurren Lagann et bien sûr Evangelion.

Après son travail sur Nadia, le secret de l’eau bleue, Hideaki Anno sombre dans une dépression provoquée par des troubles borderline. En 1991, il tentera de mettre fin à ses jours à plusieurs reprises. Il nourrit aussi une relation ambivalente avec ses fans du fait qu’ils soient otakus comme lui.

Comment la série est-elle devenue culte ?

Evangelion propulse Gainax au rang de studio d’animation japonaise majeur. Dès sa sortie nippone, l’anime séduit les otakus et devient un véritable phénomène culturel. L’anime devient par la suite incontournable dans le reste du monde (aussi bien pour les fans d’animés que le grand public) grâce aux différents niveaux de lecture et d’interprétations qu’il suscite. Il évoque tout à la fois l’influence des différents cultes, les relations entre hommes et femmes, les relations père/fils ou encore l’évolution des techniques militaires. Evangelion a su s’imposer dans le paysage mecha en surprenant avec ses codes qui lui sont propres.

Les anecdotes autour de la production sont assez intéressantes. Hideaki Anno travaille sur la série comme une véritable thérapie et critique des otakus. Shinji, Rey et Asuka caractérisent chacun un des aspects par lesquels l’auteur se définissait durant sa dépression. Dans cette série, il confronte ses fans et certaines de leurs habitudes de vie. On retrouve la symbolique du cocon. Les héros fuient la réalité au sein des Entry Plug à bord de leur Eva. Ces cocons symbolisent le corps maternel où l’enfant peut se réfugier pour se protéger du monde.

La fin originelle, considérée comme cryptique, reçut un accueil mitigé de la part de la majorité. Elle se concentre sur la psychologie de Shinji en annexant les révélations attendues par beaucoup, alors que l’ensemble de la série tournait déjà autour de ces questions. L’auteur proposera ensuite une seconde fin moins conceptuelle mais moins fidèle à sa perception.

Tous ces éléments narratifs et autour de l’œuvre ont participé à la reconnaissance de cette œuvre culte qui a inspiré au-delà de la japanimation.

Hideaki Anno et l’Evangelionverse

La série continue de se décliner et de proposer des versions alternatives. Hideaki Anno souhaite sûrement satisfaire tous ses fans (qu’il semble pourtant détester !)

  • Death & Rebirth (1997) est un film en deux parties. La première, Death, est un remontage des épisodes 1 à 24 de la série. Rebirth est une version améliorée du premier quart d’heure de l’épisode 25.
  • Le film The End of Evangelion (juillet 1997) est censé être la véritable fin de la série
  • Revival of Evangelion (1998) est une compilation des deux films précédents
  • Rebuild of Evangelion (2007) est une série de quatre films qui est toujours en cours de production et qui est une version retravaillée de la série d’origine.

Qu’est-ce qui fait la particularité de cet anime ?

Neon Genesis Evangelion renverse complètement les codes du style mecha. Derrière ces combats de robots géants, la série aborde des sujets tels que l’isolement, le repli sur soi ou la dépression. Hideaki Anno utilise sa série comme un véritable cheval de Troie afin d’envoyer plusieurs messages à la communauté otaku.

Le rendu final s’éloigne complètement de l’esthétique et des impératifs du genre. Finalement, ce mélange de science, de psychologie et de religion reflète la psyché de son auteur et de son public. Cela fait d’Evangelion un cas particulier, précurseur d’un genre d’anime à part (Serial Experiments Lain, Ergo Proxy, etc). La série continue d’influencer en dehors des frontières de l’anime, que ce soit dans le cinéma ou la culture pop.

Si vous voulez (re)découvrir la série, elle est disponible depuis le 21 juin 2029 sur Netflix.

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Les derniers articles

Les derniers commentaires

sem, non efficitur. sed Lorem Curabitur suscipit mattis ut justo