Réaliser une animation 3D

Du concept à la diffusion, réaliser un projet d’animation 3D comporte plusieurs étapes. Voici les 6 principales étapes dans la réalisation d’un projet 3D:


1. La préproduction

La phase de préproduction va permettre de planifier les différentes étapes du projet d’animation.

Après avoir défini clairement le script/scénario, on va dessiner le design général des décors ainsi que celui des personnages. Les storyboards, qui pourront être accompagnés de color/lightboard, permettront de caractériser l’ambiance lumineuse de l’animation. Ainsi, cela donnera une idée très précise de l’ambiance du film avant même d’avoir commencé la production. Il sera possible de convertir le storyboard en animatique 3D. En plus de fournir les mêmes informations, mais de manière plus détaillée que le storyboard, l’animatique 3D nous donnera des informations sur la durée de chaque plan et action. Grâce à lui, on aura une idée du résultat final. On décidera de l’ambiance vocale/musicale pendant cette étape de préproduction.

Lorsque le calendrier de préproduction sera bouclé, les éléments suivants seront validés :

  • Scénario
  • Design des personnages/décors
  • Animatique 2D
  • Animatique 3D
  • Cartes des textures
  • Pistes vocales et/ou musicales


2. La production

Pour produire un final aussi proche que celui qui a été préétabli pendant le travail de préproduction, le modélisateur va travailler avec d’autres professionnels des effets visuels.

2.1. La modélisation

Pendant la phase de modélisation, les designs créés en préproduction vont passer du dessin en 2D au volume tridimensionnel grâce au modélisateur 3D. Pour ce faire, le modélisateur va associer une technologie avancée de logiciel de CAO (Conception Assistée par Ordinateur) à sa pensée créative ainsi qu’à ses compétences.

Ainsi, pour réaliser le surfaçage/texturing des différents modèles et décors, le modélisateur 3D aura la possibilité, selon les projets, de réaliser ce travail lui-même ou de laisser le soin au surfaceur/textureur de gérer cet élément du pipeline graphique.

2.2. Le texturing

A partir du maillage 3D mis à disposition par le modélisateur 3D, le surfaceur va ajouter une texture aux différents modèles qui ont pris forme mais qui sont nus. Pendant cette étape, il va définir l’aspect de chaque surface et modèle en veillant à respecter les choix établis pendant la phase du color board.

2.3. L’animation

Le travail de l’animateur sera d’attribuer des mouvements réalistes aux différents objets et personnages qui vont composer les différentes scènes. Il attribuera un squelette virtuel aux différents personnages, ainsi que différentes clés de contrôle afin de faciliter leur animation, à la manière d’un marionnettiste.

2.4. Les effets spéciaux

Pendant l’étape des effets spéciaux, on va intégrer tous les effets spéciaux annexes, tels que les explosions, les démolitions, les effets de particules, ainsi que les traces de pas ou les nuages. On va aussi rajouter tous les objets qui ne font pas partie de l’animation à la base. Pour cela, on fera appel aux qualités du “technical director” et du “match mover”.

2.5. L’éclairage

Pour cette étape, on fera appel aux compétences du Lighter 3D qui possède une compréhension détaillée des propriétés physiques de la lumière et des surfaces. Il ajoutera différentes lampes pour assurer la cohérence de l’éclairage, ainsi que l’équilibre des couleurs entre les différents éléments d’un plan ou d’une scène. Il veillera également à ce que les réactions lumineuses soient le plus fidèles possible à la réalité.

2.6. Le rendu

L’étape de rendu va consister au calcul des images finales. C’est une étape qui prend beaucoup de temps. Le logiciel va générer une animation à partir de tous les paramètres qui ont été insérés (animations, effets spéciaux, etc.).

Les outils de suivi de production

Les logiciels de suivi de production tels que Saam ou Shotgun vont permettre aux différents membres d’un projet d’animation de communiquer sur leur travail via la même interface. Ils pourront ainsi échanger des messages, organiser leur planning, délivrer des comptes rendus et visionner l’avancement des médias en cours de production.

3. La postproduction

Une fois le calcul des images terminé, le rendu brut est récupéré pour étoffer l’image en combinant les différents effets et tous les éléments 3D, afin de créer une seule et même image. Le compositing va améliorer les images et ajouter des détails afin de s’approcher au mieux de l’image finale. Parmi les logiciels de composting les plus connus et les plus utilisés, on peut citer Nuke ou la suite Guelph Pro disponible pour After Effects. L’étalonneur va définir le rendu final de l’image.

Laisser un commentaire